Le 8 mars – Journée internationale de la femme –, notre Coca-Cola Visitors Center à Anvers a accueilli un groupe de jeunes de 15-16 ans de l’École européenne de Bruxelles. Nos oratrices leur ont expliqué en quoi Coca-Cola se montre attentive à l’inclusion et à la diversité féminine. En même temps se tenait dans notre bâtiment principal à Anderlecht une conférence de Tine Maenhout, auteure de « Who run the world », ouvrage qui traite de l’importance et de la force d’un leadership plus féminin.


« Notre entreprise considère qu’il est important de refléter au mieux la société. » Après avoir visité notre site de distribution et de production, les 40 étudiants présents au Coca-Cola Visitors Center d’Anvers ont reçu ce message clair d’Eva Lefevre, Associate Director Public Affairs & Communications chez Coca-Cola European Partners : « Nos produits sont consommés dans plus de 200 pays. Cette diversité doit également se refléter dans nos effectifs. J’entends par là, entre autres, une diversité d’âges et de cultures et un nombre représentatif de femmes au niveau du management. »

Les femmes aux fonctions de management

Que des femmes occupent des postes de management est une priorité pour Coca-Cola. D’ici 2025, nous voulons que 40 % du management soit constitué de femmes. Le pourcentage de femmes dépasse déjà les 30 % actuellement. Eva Lefevre a également déclaré aux femmes présentes qu’elles devaient saisir chaque opportunité et apprendre sur le tas. « Contrairement aux hommes, les femmes ne postulent à une fonction que si elles sont sûres à 200 % d’être à la hauteur. Mais elles n’ont pas à le faire. N’ayez pas peur de prendre des risques. »

femmes à Coca-Cola

La vie de femme dans un environnement masculin

Après l’introduction d’Eva Lefevre, ce fut au tour de Karen Onselaere de prendre la parole. Étant Quality Manager, elle travaille dans un environnement majoritairement masculin. Elle défend l’idée qu’une femme doit rester elle-même, même lorsqu’elle est essentiellement entourée d’hommes. La Production Manager Feline Matthys est ensuite venue corroborer le témoignage de Karen Onselaere par un discours animé. Elle aussi fait figure d’exception dans une équipe de 100 personnes comptant seulement trois femmes.

« Les gens sont surpris d’apprendre que je suis capable de prendre part à des conversations sur des sujets techniques. J’en ai déjà fait l’expérience pendant mes études d’ingénieur », dit Feline Matthys. Au travers de quelques traits d’esprit, nous avons découvert comment elle vit sa vie de femme dans un atelier de production : la tenue obligatoire lui fait gagner du temps le matin, les hommes ont tendance à lui venir en aide plus rapidement...

travailler à Coca-Cola

Un bon réseau

Hilde De Geest, Customer Logistics Director, a clôturé l’après-midi en conseillant de ne pas s’inquiéter à propos du choix d’études ou d’orientation professionnelle. « L’apprentissage doit se faire dans l’environnement de travail », dit Hilde De Geest. Dans ses différentes fonctions chez Coca-Cola European Partners – elle y travaille depuis 30 ans –, elle a appris qu’avoir un bon réseau est d’une grande importance.

S’inspirer mutuellement est la clé

Le message s’adressait aux jeunes, notamment aux étudiantes qui écoutaient avec une attention particulière les témoignages de nos collaboratrices. Jonathan Young, Head of Economics de l’École européenne, a savamment résumé l’après-midi : « J’ai trouvé ce message inspirant pour nos étudiants. Les carrières professionnelles ne suivent plus les voies conventionnelles ; actuellement, de plus en plus de femmes exercent des métiers autrefois réservés aux hommes. Le message que Coca-Cola véhicule aujourd’hui est un message de sensibilisation et de confiance. Les jeunes doivent prendre confiance en eux pour essayer différents métiers et ne pas avoir peur de l’échec. »