Stijn Belaen (27 ans) est Social Media Manager chez Coca-Cola depuis 2018. Une fonction qui représente un défi majeur à l’ère du numérique. Stijn est coresponsable de la stratégie des médiaux sociaux de 11 marques Coca-Cola, dont Coca-Cola, Fanta, AdeZ et Honest.

En quoi consiste votre rôle ?

Avec mon équipe constituée de quatre community managers, je fais partie du CIC, le Consumer Interaction Center de Coca-Cola en Belgique et au Luxembourg. On y traite les questions et commentaires des consommateurs par téléphone, par e-mail et sur les médias sociaux. De plus, l’équipe en charge des médias sociaux est également responsable de la création des contenus et de l’appui des campagnes par le biais des médias sociaux. Personnellement, j’assiste les brand managers dans la mise au point de nouvelles campagnes et je traduis les plans marketing en une stratégie en matière de médias sociaux. Ensuite, je communique des instructions claires à mon équipe et aux agences. Cela concerne, par exemple, les articles à rédiger ou les assets à élaborer. Enfin, je suis toutes les campagnes de près, je donne mon avis sur les propositions et je présente un aperçu global aux brand managers. Je suis un chien de garde en quelque sorte qui supervise l’ensemble et qui veille à ce que chaque campagne s’inscrive dans la stratégie que nous poursuivons en matière de médias sociaux.

L’aspect le plus agréable de votre travail ?

Je suis un véritable bosseur et j’aime travailler sur de nombreux projets différents. Par exemple, j’adore mettre sur pied des campagnes, aussi bien pour de grandes marques comme Coca-Cola que pour des marques plus modestes comme AdeZ ou Honest. Chaque marque nécessite une approche différente et une autre façon de penser. C’est ce qui rend mon travail incroyablement stimulant. Mais ce qui me rend le plus heureux dans mon travail, c’est d’avoir l’opportunité d’apprendre un peu plus chaque jour et de contribuer au développement de marques fortes et inspirantes. J’enrichis ma connaissance des médias sociaux, mais j’en apprends aussi sur les autres formes de communication, les budgets, la production et le secteur des boissons rafraîchissantes en soi. Je suis également surpris de voir comment Coca-Cola évolue progressivement pour devenir une Total Beverage Company. J’ai toujours pensé que, dans les grandes entreprises, les nouvelles stratégies et les innovations étaient l’apanage des hautes sphères, mais ce n’est pas le cas chez Coca-Cola. Chaque partie est impliquée dans ce processus et doit participer à la réflexion quant à la manière d’élargir le portefeuille de produits de manière inspirante. Je trouve qu’il s’agit d’un processus extrêmement instructif et fascinant.

Compétences acquises ?

La diversité des marques est importante chez Coca-Cola, et cela nous permet d’expérimenter différents canaux de médias sociaux. Prenons l’exemple de Fïnley, une marque qui s’adresse aux adultes. Snapchat n’est pas le canal approprié pour ce type de marque, mais convient par contre à une marque comme Fanta, qui s’adresse aux adolescents. Progressivement, on apprend ce qui fonctionne bien et ce qui fonctionne moins bien. Le projet que je trouve vraiment réussi, ce sont les Instagram Stories que nous avons réalisées pendant les matchs des Diables rouges à la Coupe du Monde 2018 l’été dernier. À cette occasion, mon équipe a montré à quel point elle était compétente, créative et flexible. J’en suis très fier.

Social Team Belux

Quelle autre fonction pique votre curiosité ?

J’aimerais passer une journée avec le Manager National Accounts Music ou Sports. Ça me paraît intéressant de savoir comment se déroulent exactement des négociations avec des partenaires majeurs. Je pense qu’il faut être ferme sur ses étriers, mais aussi faire preuve de diplomatie, car il s’agit d’en tirer le meilleur parti pour Coca-Cola, bien évidemment. De plus, parvenir à la conclusion d’un excellent deal doit procurer un sentiment incroyable (rire).