Depuis quand travaillez-vous chez Coca-Cola European Partners ?

Depuis 2015.

En quoi consiste votre travail ?

Je suis team leader en Field Sales Home pour la région de Gand. Mon rôle consiste à soutenir et à encadrer une équipe composée de 12 service representatives. Par ailleurs, je me rends moi-même régulièrement sur le terrain, je prends des commandes et j’aide mon équipe à réassortir nos boissons dans les magasins et à mettre des présentoirs promotionnels en place. Notre mission est de satisfaire les clients et de veiller à ce que tout soit le plus clair possible pour les consommateurs.

Quel est l’aspect le plus agréable de votre travail ?

Je trouve extrêmement agréable le fait que les membres de mon équipe me remercient pour le soutien que je leur apporte. Principalement parce qu’ils le pensent vraiment. Ils sont très sincères. Et cela me rend très heureuse. De plus, j’aime cet esprit d’équipe. Les journées sont souvent longues. Nous passons donc beaucoup de temps ensemble, ce qui nous a permis de développer de bonnes relations.

Compétences acquises ?

Ce travail m’a permis de gagner beaucoup en maturité. J’étais très combative et fébrile auparavant. Tout à coup, je me suis retrouvée avec des responsabilités importantes et l’obligation d’être disponible à tout moment pour mon équipe. Si une personne tombe malade ou qu’un problème survient dans l’un des magasins, il faut revoir tout le planning. De plus, les périodes chargées sont fréquentes, comme en été, par exemple. Nous sommes alors confrontés à des problèmes logistiques, les camions ont du retard, les températures sont élevées, les collaborateurs partent en vacances, etc. Il faut donc pouvoir travailler de manière organisée et dans le calme. Si on y arrive, l’équipe en ressort plus forte.

Pourquoi vous êtes-vous inscrite à One Young World ?

Je me soucie beaucoup du développement durable dans ma vie privée et j’achète le plus possible de produits locaux. Je trouve fantastique que Coca-Cola joue désormais un rôle de premier plan dans le domaine de l’emballage. J’y souscris pleinement. Voilà pourquoi je me suis inscrite au One Young World Summit.

Qu’avez-vous pensé du One Young World Summit ?

One Young World a été une expérience unique et inspirante. Je me suis retrouvée entourée de personnes qui avaient bon nombre de visions et d’idées intéressantes. Au terme de l’événement, on pose un regard totalement différent sur le monde. Quand je suis rentrée chez moi, j’étais tellement enthousiaste que j’ai tout de suite voulu changer un certain nombre de choses.

Quel thème est resté gravé dans votre esprit ?

Le thème de l’« entrepreneuriat social » est celui qui m’a le plus marqué : comment une entreprise prospère peut générer des profits tout en donnant quelque chose en retour au monde. J’ai aussi appris que le développement durable s’inscrit dans un contexte plus large. Par exemple, l’environnement, la diversité et l’obtention d’opportunités au sein d’une entreprise relèvent du développement durable, mais un environnement de travail sain et sûr et une communication loyale, par exemple, en font également partie.

Quel a été le meilleur moment pour vous ?

Au community dinner, j’étais entourée de personnes de mon âge venues d’Iran, de Thaïlande et de Gambie. Nous avons parlé d’amour et de mariage. La jeune Gambienne a pris la parole et nous a raconté combien la volonté de sa sœur, née libre, d’épouser un esclave avait posé problème. J’avais du mal à croire ce qu’elle disait. Cela m’a fait prendre conscience du fait que nous vivons souvent dans une bulle en Europe. Nous oublions que l’esclavage et les systèmes de castes existent toujours et qu’ils sont également maintenus en place par leur communauté. Mais malgré toutes les protestations de la famille, la sœur de la jeune Gambienne a tout de même épousé le jeune homme (rire).

Quel job pique votre curiosité ?

Ça doit être très cool de passer une journée au KO lab d’Anderlecht. Je pense également qu’il est intéressant de s’occuper de la nouvelle stratégie (Total Beverage Company) qui consiste à proposer une boisson pour chaque moment de la journée, à mettre l’accent sur la réduction de la teneur en sucre et la réduction de la taille des conditionnements, sur les innovations dans notre portefeuille de boissons et nos emballages, et sur la façon dont nous pouvons placer nos marques sur la carte numérique.