Traditionnellement, la date du 1er décembre – Journée mondiale du sida – appelle chaque année à la solidarité avec toutes les personnes vivant avec le VIH. En collaboration avec l’ONG (RED), Coca-Cola met ses connaissances à disposition pour maîtriser la maladie en Afrique. À l’occasion de la Journée mondiale du sida, nous ferons cette année encore tout ce qui est en notre pouvoir pour attirer l’attention sur cette maladie.

S’il est possible de distribuer les boissons Coca-Cola partout dans le monde, il doit également être possible d’en faire de même pour les médicaments. C’est cette vision nous inspire depuis 2010, et l’objectif est d’amener des médicaments jusque dans les coins les plus reculés de l’Afrique. Dans le cadre du projet Last Mile Project, Coca-Cola fait part de son savoir en matière de distribution, de logistique et de marketing afin d’améliorer durablement les soins de santé en Afrique.

Le projet est mené par l’ONG (RED), fondée en 2006 à l’initiative de Bono et Bobby Shriver pour lutter contre le sida en Afrique. L’organisation collabore avec des marques emblématiques et se sert de leur connaissance du marché pour tirer le meilleur parti des ressources recueillies par le Global Fund. Depuis sa création, (RED) a généré plus de 500 millions de dollars qui servent à financer des programmes contre le sida en Afrique (comme le projet Last Mile Project).

Les 25 ans de la sortie du film Philadelphia

Le 1er décembre, à l’occasion de la prochaine Journée mondiale du sida, Coca-Cola continuera à déployer sa force marketing contre la maladie. Pas seulement en arborant le célèbre ruban rouge, mais aussi en mettant en lumière un moment important de l’histoire du cinéma. En 1993, le film Philadelphia a changé à jamais la façon dont le monde perçoit l’épidémie de sida. (RED) et Coca-Cola célèbrent le 25e anniversaire du film avec une campagne commémorative qui générera un regain de dons et d’attention lors de la Journée mondiale du sida.

« La Journée mondiale du sida est très importante », déclare Patrick Reyntiens de Sensoa. « Ce ne doit pas être tous les jours le 1er décembre, mais il est important de souligner combien la solidarité compte. Maintenant qu’il s’agit d’une maladie chronique, on constate parfois un effritement de cette solidarité. Mais ce n’est pas parce que les choses vont mieux ici que nous ne devons pas faire preuve de solidarité avec les pays où des milliers de personnes meurent chaque jour du sida. »

Accès généralisé aux antirétroviraux

Dans le cadre de la campagne autour de la Journée mondiale du sida, (RED) et Coca-Cola font le bilan un quart de siècle après la sortie du film Philadelphia et observent l’évolution de la lutte contre le sida. Le film ressortira en DVD, mais sera également projeté dans de grandes villes américaines (comme Philadelphie, bien évidemment). En plus de cela, nous prévoyons un nouveau documentaire incluant des interviews de Tom Hanks et de Denzel Washington sur le travail que Coca-Cola et (RED) réalisent en Afrique dans le cadre de Last Mile Project.

« Cette prise de conscience ne doit pas être sous-estimée », déclare Patrick Reyntiens. « En Occident, nous avons des soins de santé de qualité et un accès aux antirétroviraux, mais le tabou et la stigmatisation demeurent. 25 ans après Philadelphia, on constate une amélioration, mais les grandes entreprises peuvent jouer un rôle majeur pour que cesse cette stigmatisation. Beaucoup de gens ne sont pas bien informés et ne connaissent pas la différence entre le VIH et le sida, par exemple. Même en 2018, il reste encore beaucoup de pain sur la planche. »

Plus d’informations sur : https://www.levenmethiv.be/