Coca-Cola multiplie les initiatives pour œuvrer à la pointe du mouvement du « recyclage augmenté » qui vise à transformer des emballages en PET coloré, généralement exclus des flux de recyclage, en nouvelles bouteilles PET d’excellente qualité.

Le système a annoncé récemment deux investissements destinés à accélérer le développement et le déploiement de technologies de recyclage révolutionnaires permettant de transformer du plastique recyclé en PET apte au contact alimentaire et donc de l’utiliser pour les bouteilles de boisson de la société. Contrairement au recyclage mécanique, le recyclage augmenté réussit à récupérer et à réutiliser le plastique PET sans dégrader le matériau.

« Nous aspirons – dans le cadre de notre vision d’un Monde sans déchets – à boucler la boucle de nos emballages en contribuant à fabriquer davantage de nouvelles bouteilles à partir de bouteilles usagées », explique Scott Pearson, Senior Director, Global R&D Engineering, The Coca-Cola Company. « Et le recyclage augmenté est la prochaine étape essentielle dans cette direction. »

La société octroie un prêt à Ioniqa Technologies pour soutenir le développement de sa technologie de revalorisation du PET, qui consiste à dépolymériser des plastiques de différentes couleurs, qualités et conditions et à les réduire en composants purifiés qui peuvent servir à produire du PET transparent de qualité supérieure. La vision d’une économie circulaire se rapproche ainsi un peu plus de la réalité. Ioniqa construit actuellement sa première usine de revalorisation du plastique PET aux Pays-Bas.

En outre, la collaboration au niveau des achats du système Coca-Cola a conduit à établir un accord-cadre de collaboration avec Loop Industries, Inc, permettant aux embouteilleurs agréés d’acheter du PET Loop™ 100 % recyclé. Coca-Cola European Partners est le premier embouteilleur à conclure un contrat pluriannuel avec Loop pour ses emballages dans toute l’Europe de l’Ouest à l’horizon de 2020. Cet accord-cadre permettra au système Coca-Cola d’augmenter plus rapidement la proportion de matériaux recyclés dans ses bouteilles en plastique.

Ces accords s’inscrivent dans la vision de The Coca-Cola Company d’un Monde sans déchets, qui vise tout le cycle de vie des emballages, depuis la conception et la fabrication des bouteilles et des canettes jusqu’à leur recyclage et leur reconversion. Le plan holistique à trois piliers (Conception, Collecte et Collaboration) comprend des objectifs ambitieux pour chacun d’entre eux. Au niveau de la conception, nous voulons créer des emballages fabriqués à partir de 50 pour cent au moins de matériaux recyclés d’ici 2030. Ensuite, côté collecte, nous voulons récupérer et recycler une bouteille ou une canette pour chaque bouteille ou canette vendue par la société d’ici 2030. Enfin, sur le plan de la collaboration, nous voulons conclure des partenariats avec le secteur, les pouvoirs publics et les communautés locales en vue de nous attaquer ensemble au problème global des déchets de plastique. Les accords conclus avec Ioniqa et Loop relèvent du pilier de la Conception.

« Ces deux accords nous rapprochent fortement de notre objectif d’inscrire nos emballages dans une économie circulaire dans la mesure où des déchets de PET de faible qualité pourront être transformés en matériaux de qualité équivalente au matériau vierge », déclare Robert Long, Chief Innovation Officer, The Coca-Cola Company. « Nous sommes résolus à investir sans relâche dans le développement de partenariats et d’initiatives clés visant à réaliser notre ambition d’un Monde sans déchets. »

Robert Long ajoute : « Nous nous sommes fixé des objectifs clairs pour concrétiser cette ambition. Parce que cela exige une approche à tous les niveaux : des collaborations et des partenariats à grande portée mais aussi des innovations et des investissements destinés, d’une part, à améliorer globalement les infrastructures de collecte et de recyclage et, d’autre part, à développer de nouvelles solutions durables pour les emballages du futur. »

Le recyclage mécanique consiste à collecter et à trier les bouteilles de plastique utilisées, et de séparer les matériaux colorés du PET transparent avant de réduire ce dernier en granulés faciles à laver et à nettoyer. Ces granulés propres peuvent ensuite être fondus et soufflés dans de nouvelles bouteilles.

Le recyclage augmenté recourt au processus de dépolymérisation, qui consiste à reconvertir le plastique PET (polymère) en ses composants d’origine (les monomères) qui sont plus faciles à purifier. Ensuite, les monomères peuvent être repolymérisés en résine de plastique destinée à produire du PET de qualité supérieure. « Ces processus de recyclage augmenté, plus performants, peuvent contribuer à réduire les pertes élevées de PET générées par le recyclage mécanique. Et comme le polymère reconstitué est aussi performant que le nouveau, chaque processus de recyclage boucle réellement la boucle du recyclage du PET », souligne Scott Pearson. « Le recyclage augmenté est synonyme en réalité de revalorisation : les matériaux qui auraient été jetés ou utilisés pour fabriquer des tapis ou des textiles peuvent être réutilisés continuellement dans des bouteilles. »

« Le recyclage augmenté est la technologie nécessaire pour faire fonctionner l’économie circulaire », fait remarquer Scott Pearson. « C’est une étape fondamentale à franchir … mais ce n’est pas la seule. Nous entendons toujours minimiser l’utilisation de plastique vierge mais aussi continuer à alléger nos emballages et à utiliser le moins possible de matériaux. Toutes les actions entreprises à cette fin nous rapprochent de notre destination finale : boucler la boucle de nos matériaux d’emballage. »

Au début de cette année, la société a rejoint le conseil consultatif industriel de DEMETO, qui développe la technologie gr3n destinée au recyclage augmenté, un projet européen financé par l’Union européenne dans le cadre de l’Horizon 2020.

Ces investissements traduisent l’approche multi-facettes de Coke en vue de contribuer à créer une économie circulaire des plastiques. La société fait œuvre également de pionnière dans l’étude et le développement de nouvelles solutions de nature biologique, telles que l’emballage PlantBottle® entièrement recyclable, fabriqué à partir de matières végétales dans une proportion allant jusqu’à 30 pour cent, qui a été lancé en 2009.

Coca-Cola a lancé également plusieurs initiatives dans le cadre du pilier Collaboration de son plan d’un Monde sans déchets. Ainsi, la société a annoncé récemment un investissement dans Circulate Capital, un fonds de capital et de prêts qui vise à s’attaquer au problème des déchets de plastique dans l’océan du Sud-Est asiatique. . The Coca-Cola Company y a apporté une contribution de 15 millions de dollars. Circulate Capital vise à soutenir et à financer des entreprises et des infrastructures qui empêchent le plastique d’aboutir dans l’océan.

La société a signé également l’Engagement global pour une nouvelle économie des plastiques qui est destiné à éliminer les déchets de plastique et la pollution à la source. Cette initiative, qui est l’œuvre de la Fondation Ellen MacArthur, est menée en collaboration avec UN Environment. L’engagement, annoncé le 29 octobre 2018, à l’occasion de la conférence « Our Ocean Conference » à Bali, a été signé par plus de 250 organisations et entreprises. Il appelle les participants poursuivre les objectifs suivants : éliminer l’emballage plastique problématique ou inutile et remplacer progressivement les emballages à usage unique par des modèles réutilisables ; innover pour arriver à ce que tout le plastique contenu dans les emballages soit réutilisé, recyclé ou composté facilement et en toute sécurité à l’horizon de 2025 ; et réduire le plastique en augmentant significativement les quantités de plastique réutilisées ou recyclées pour fabriquer de nouveaux emballages ou produits.

Plus d’informations sur les progrès de Coke dans la mise en œuvre de sa vision d’un Monde sans déchets.