L’objectif de 2020 en terme de renouvellement de l’eau est déjà à portée de main.

En 2014, Coca-Cola et ses entreprises d’embouteillages partenaires ont restitué à la nature 94 % du volume d’eau utilisé au travers de dizaines de projets locaux. Une avancée phénoménale car il semblerait que l’objectif de devenir la première société agroalimentaire à empreinte hydrique neutre d’ici 2020 sera atteint d’ici fin 2015.

En 2004, Coca-Cola a annoncé un objectif ambitieux d’ici 2020: devenir la première entreprise agroalimentaire qui restitue toute l’eau utilisée à l’environnement à travers des projets de compensation d’eau. Selon le statut actuel, ces projets locaux ont d’ores et déjà atteint 94 pour cent de l’objectif (aussi bien l’eau utilisée dans les produits finis que la consommation d’eau dans le processus de production, sur base du volume de ventes de l’année 2014) .

Depuis 2004, Coca-Cola a restitué, sous forme d’eaux usées traitées un volume estimé à 153,6 milliards de litres d’eau aux communautés et à la nature par le biais de 209 projets communautaires relatifs à l’eau, déployés dans 61 pays. En 2014, le volume d’eau utilisé dans les procédés de production aux communautés et à la nature par le traitement des eaux usées s’élevait à126,7 milliards de litres d’eau. Le rêve de devenir la première entreprise agroalimentaire au monde à restituer toute l’eau qu’elle utilise à la communauté et à la nature en 2020 deviendrait déjà réalité fin 2015.

« Il n’existe pas de ressource plus précieuse que l’eau pour la vie humaine et la santé de nos économies et écosystèmes mondiaux. En tant que consommateur d’eau, le système Coca-Cola assume la responsabilité particulière de préserver ces ressources partagées. C’est la raison pour laquelle nous nous sommes fixé l’objectif ambitieux d’une empreinte hydrique neutre d’ici à 2020 » a déclaré Muhtar Kent, Président et CEO de The Coca-Cola Company. « Alors que nous avons réalisé des progrès majeurs dans la poursuite de cette ambition, nous sommes plus déterminés que jamais à restituer l’équivalent de toute l’eau que nous utilisons aux communautés et à la nature. Et nous continuerons à le faire après avoir atteint cet objectif de 100 pour cent. »

Le système Coca-Cola-‘replenishment’ est basé d’une part sur une utilisation plus durable de l’eau dans les usines et sur un assainissement de l’eau d’autre part. Chaque projet relatif a l’eau possède des objectifs différents, comme assurer ou améliorer l’accès à l’eau propre , assainir les eaux usées, sécuriser les points d’eau, soutenir la préservation de l’eau ainsi qu’augmenter la conscientisation autour des problématiques locales en matière d’eau.

Aussi en Belgique

En Belgique aussi, de nombreux projets de récuperation d’eau sont mis en place. Le site d’embouteillage d’eau minérale Chaudfonaine est en effet le premier du secteur à se voir octroyer la certification ‘European Water Stewardship‘, en récompense pour ses efforts en vue de réduire sa consommation d’eau. Coca-Cola Belgium a lancé l’année passée un partenariat avec Natuurpunt pour protéger les points d’eau de Stappersven près de Kalmthout dans le nord de la Belgique. Un projet visant à réhabiliter les marécages et les points d’eau pour fournir une eau de qualité nettement améliorée et offrie une nouvelle chance aux espèces menacées des alentours.

Une fois que les projets sont mis en oeuvre, la société et ses entreprises d’embouteillage partenaires s’efforcent de garantir que leur pérennité au sein des communautés pour qu’ils continuent à renouveler l’eau. Ces efforts, de même que les nouveaux projets, portent souvent sur les vulnérabilités des sources locales d’approvisionnement en eau et évoluent au rythme de l’augmentation du volume de vente, à mesure que Coca-Cola poursuit sa croissance, d’année en année.

« De plus en plus d’entreprises admettent aujourd’hui que la prise en compte de la nature dans leur processus décisionnel est une stratégie d’entreprise judicieuse. L’engagement de Coca-Cola en faveur de l’eau souligne qu’un investissement dans la nature peut produire des résultats très positifs pour les entreprises et les communautés locales », explique Mark Tercek, président et directeur général de The Nature Conservancy (TNC). « TNC est fière de sa collaboration avec Coca-Cola et félicite la société et les entreprises d’embouteillage partenaires de ses résultats très éloquents. »

TNC a été un partenaire clé dans la conception de la méthodologie visant à quantifier les efforts de renouvellement d’eau de Coca-Cola pour restituer l’eau utilisée dans les boissons finies. La méthodologie de calcul des avantages du renouvellement d’eau a également fait l’objet d’un examen technique et scientifique par des pairs pour vérifier l’utilisation de méthodes généralement reconnues et la précision aux fins de l’objectif précité. Des projets sont examinés chaque année et évalués en utilisant cette méthodologie. Un aperçu de chaque projet et de leur valeur de renouvellement respective est inclus dans le rapport de vérification du renouvellement 2015 de la Société, préparé par LimnoTech et vérifié par Deloitte.

Deux acteurs majeurs des activités de renouvellement d’eau de Coca-Cola sont l’initiative RAIN (Replenish Africa Initiative) de la Fondation Coca-Cola pour l’Afrique et le partenariat Every Drop Matters (Chaque goutte compte) de la société avec le Programme des Nations unies pour le développement (UNDP). Par l’intermédiaire de RAIN, Coca-Cola s’engage avec Global Environment & Technology Foundation (GETF), United States Agency for International Development (USAID), Water and Sanitation for the Urban Poor (WSUP), Millennium Challenge CorporationWaterAidWater for People, et d’autres organisations et gouvernements locaux pour apporter, d’ici à 2020, de l’eau potable sûre à un nombre d’Africains estimé à 6 millions. Par le biais du partenariat Every Drop Matters, Coca-Cola et l’UNDP collaborent pour améliorer l’accès à l’eau potable pour plus d’un million de personnes, selon les estimations, en Europe de l’Est et au Moyen-Orient avec des projets ciblés sur la restauration des bassins hydrologiques, l’agriculture durable, les améliorations infrastructurelles et la défense de la politique nécessaire en matière d’eau. Pour en savoir plus sur les partenariats relatifs à l’eau contractés par le système Coca-Cola, rendez-vous sur here.

En 2007, The Coca-Cola Company et les entreprises d’embouteillage partenaires se sont fixé un objectif clé pour restituer en toute sécurité aux communautés et à la nature un volume d’eau équivalent à l’eau utilisée dans leurs boissons et leur production d’ici à 2020. L’empreinte hydrique de la culture d’ingrédients agricoles provenant de Coca-Cola ne fait pas partie de cet objectif. Cependant, les pratiques durables relatives à l’eau font partie des principes directeurs d’une agriculture durable requis pour les fournisseurs. Les projets de restitution sont le résultat de partenariats avec les gouvernements, la société civile et d’autres membres du secteur privé. Coca-Cola calcule uniquement le crédit de renouvellement pour les parties du projet qui sont financées ou initiées directement par Coca-Cola.

Pour en savoir plus à propos du programme de gestion responsable de l’eau de  Coca-Cola, consultez le rapport de gestion responsable de l’eau : http://www.coca-colacompany.com/water/

Vous pouvez trouver plus d’informations sur la politique de Coca-Cola en matière d’eau en Belgique ici :
https://www.cocacolabelgium.be/fr/developpement-durable/#programme-de-gestion-de-l-eau.html