Lancement de Share a Coke 2014 avec une enquête europééenne et un nouveau Webshop

On ne choisit pas son prénom. Et pourtant, la grande majorité (80 %) des Belges sont satisfaits du leur. Ce constat – ainsi que d’autres différences intéressantes entre les Européens – est issu d’une enquête réalisée par Coca-Cola à l’occasion de sa nouvelle campagne Share a Coke. Nouveauté dans cette campagne : la boutique en ligne où tout le monde peut visualiser et commander sa bouteille personnalisée. Le déploiement de « Share a Coke » se veut ainsi encore plus ambitieux que l’année dernière.

Les Belges et leur prénom

Cet été, Coca-Cola commercialisera pas moins de 1,5 milliard de produits personnalisés dans onze pays européens. À cette occasion, son célèbre logo sera remplacé par les prénoms les plus populaires. En Belgique, il y en aura 3 000, si bien que 90 % des prénoms belges apparaîtront sur les bouteilles en circulation. Dix millions d’habitants trouveront donc le leur dans les rayons des magasins ! Le moment est dès lors idéal pour se demander ce que les Européens pensent de leur propre nom. Coca-Cola a par conséquent commandé une étude, dont les résultats sont très intéressants. Saviezvous par exemple que les Britanniques étaient les plus nombreux à avoir un diminutif ? Ou que la moitié des bébés finlandais ne recevaient un nom qu’après la naissance ?

Voici quelques résultats :

  • Quatre Belges sur cinq (83 %) aiment leur prénom, deux tiers (69 %) y attachent de l’importance et trois quarts (72 %) utilisent également le prénom qu’on leur a donné. Toutefois, parmi tous les Européens, les Belges sont les moins satisfaits de leur prénom, la moyenne étant à presque 90 %. Les Irlandais sont les plus satisfaits (94 %).
  • Malgré le fait que les Belges soient les moins satisfaits de leur prénom, seuls 4 % souhaitent effectivement en changer.
  • Huit Belges sur dix trouvent que leur prénom correspond à leur personnalité.
  • Pour un quart des Belges, leur prénom a eu un impact sur leur vie, pratiquement toujours dans un sens positif.
  • Parmi tous les Européens, les Belges sont les plus heureux quand ils entendent leur prénom dans une chanson (28 % de Belges contre 16 % d’Européens en moyenne).
  • Autre fait intéressant : parmi tous les Européens, les Belges sont les plus mal à l’aise avec leur prénom, principalement parce qu’ils trouvent qu’il suscite certaines attentes ou qu’il est associé à quelque chose de négatif (27 % de Belges contre 12 % d’Européens en moyenne). À cet égard, les femmes (20 %) ont plus de difficultés que les hommes (16 %).

Le saviez-vous ?

  • Les Finlandais sont les plus nombreux à envisager de changer de prénom.
  • Les Français se sentent les plus populaires quand ils voient leur prénom quelque part.
  • Les Britanniques sont les plus agacés quand leur prénom est mal orthographié.
  • Les Néerlandais attachent le moins d’importance à leur prénom.
  • Les Norvégiens sont les plus nombreux à trouver leur prénom démodé.
  • Les Irlandais sont les plus satisfaits de leur prénom.

Share a Coke, encore plus grand et encore mieux

L’année dernière, Coca-Cola a remplacé pour la première fois son logo légendaire par des prénoms.
La campagne européenne « Share a Coke » – la plus grande jamais réalisée – a connu un énorme
succès. C’est pourquoi la marque vous invite à nouveau de juin à septembre à partager un Coca-Cola
personnalisé avec un ami ou un membre de votre famille. La liste des 200 prénoms belges les plus
courants a été fortement allongée et en comporte désormais 3 000. Coca-Cola touche ainsi pas moins
de 10 des 11 millions de Belges. Retrouvez la liste complète sur www.shareacoke.be.

Share a Coke, avec tout le monde et n’importe qui

Ceux qui ne trouveraient pas leur prénom en magasin, ou qui seraient trop impatients, peuvent
aller sur www.mycoke.be pour commander, en exclusivité, leur bouteille en verre personnalisée.
Outre les bouteilles PET de Coca-Cola, Coca-Cola Zero et Coca-Cola light, il y aura à nouveau des
conditionnements plus grands, que vous pourrez partager notamment avec « maman », « papy »,
« soeurette », « frérot », « chouchou » ou « loulou ».
* Pour cette enquête paneuropéenne, Canvas8 a interrogé plus de 1 800 Européens âgés de plus de 16 ans en Belgique, aux Pays-Bas, en France, en Finlande, en Norvège, en Grande-Bretagne, en Irlande du Nord et en Irlande.

Pour plus d’infos à propos de la campagne

Surfez sur www.shareacoke.be