La consommation d’aspartame ne modifie pas les concentrations des composants du lait maternel. La petite quantité de méthanol libérée par le produit n’excède pas celle présente dans un verre de jus de tomate ou de fruits.