En 1886, John S. Pemberton, un pharmacien d’Atlanta, décide d’innover. Il veut créer une nouvelle boisson à succès à base d’extraits végétaux. En mai 1886, il commence à vendre un breuvage brun, pétillant, à base de sirop et d’eau gazeuse. L’histoire fera le reste.

Neuf verres par jour à 5 cents l’unité, cela représente un chiffre d'affaires annuel de 35 dollars. On ne peut pas dire qu’à ses débuts, la nouvelle boisson de John Pemberton faisait fureur. Le succès n’est arrivé que lorsque Frank M. Robinson s’est associé. C’est lui qui a inventé le nom Coca-Cola et qui a dessiné le logo calligraphié. Quelques années plus tard, Pemberton et Robinson revendront leur petite affaire. Très intéressé, l’homme d’affaires Asa Candler va débourser 2.300 dollars pour l’entreprise et la recette, un secret jusqu’alors bien gardé. Cela se révélera plus tard une affaire en or.

Fondateur John Pemberton vendra Coca-Cola après quelques années pour 2.300 dollars

Un partenariat pour conquérir les États-Unis

Après le rachat, Asa Candler va tracer la voie du succès national de Coca-Cola. Il achètera le brevet sur la marque commerciale, fondera The Coca-Cola Company et mettra au point un système ingénieux pour distribuer le Coca-Cola aux quatre coins des États-Unis.  Les partenaires locaux recevront le concentré qu’ils n'auront plus qu’à embouteiller et à vendre. Une formule de franchise qui a permis de bâtir un solide réseau d’entreprises nationales et régionales. À la fin du siècle, tout le pays buvait du Coca-Cola. Candler mènera une stratégie marketing intensive. Le logo commencera à orner de nombreux objets, notamment les verres. La marque sera « top-of-mind » avant même que ce terme apparaisse.

La joyeuse entrée en Belgique et au Luxembourg

En 1919, la famille Candler cède sa participation dans The Coca-Cola Company pour 25 millions de dollars. À partir des années 1920, Bob Woodruff, fils de l’homme d'affaires Ernest Woodruff, va donner une envergure mondiale à Coca-Cola. En 1927, la marque envahit la Belgique, et en 1937, le Grand-duché de Luxembourg. Coca-Cola exporte son modèle collaboratif américain. Cela commence par trois concessionnaires à Bruxelles, Anvers et Malines. Après les premiers succès, chaque grande ville belge et luxembourgeoise a son point de distribution. Après une interruption temporaire durant la Seconde Guerre mondiale, les ventes reprennent et les partenaires commencent à produire eux-mêmes du Coca-Cola. En 1962, Fanta est lancé.

Coca-Cola exporte son modèle collaboratif américain. Cela commence par trois concessionnaires à Bruxelles, Anvers et Malines.

Des partenaires en Belgique, au Luxembourg et en Europe

En 1970, Coca-Cola travaille avec quatorze embouteilleurs en Belgique et au Luxembourg. Un regroupement va progressivement avoir lieu. Il aboutira à la création de Coca-Cola Beverages Belgium en 1996. Coca-Cola light, Fanta et Sprite sont déjà des marques bien ancrées à l'époque, mais la soif de Coca-Cola est grande. En 2003, la marque d’eau belge Chaudfontaine rejoint les rangs de l’Américain. Depuis le début du siècle, Coca-Cola innove sans relâche, en Belgique et au Luxembourg, avec Coca-Cola zero sugar, Fïnley et Coca-Cola life.

Avant l'été 2016, les embouteilleurs belges ont fusionné avec l’Espagnol Coca-Cola Iberian Partners et l’Allemand Coca-Cola Erfrischungsgetränke. Composée d’une cinquantaine d’embouteilleurs, la nouvelle entreprise Coca-Cola European Partners dessert 300 millions de consommateurs en Europe occidentale. Les usines de Zwijnaarde (Gand), Wilrijk (Anvers) et Chaudfontaine font partie de la nouvelle structure.

Téléchargez l'histoire de Coca-Cola en Belgique et au Luxembourg.