Chez Coca-Cola, nous croyons fermement en une culture d’entreprise où chacun peut se réaliser. Nous sommes convaincus que, dans ce contexte,  les femmes peuvent résolument faire la différence. Valérie Dhont est une des dirigeantes belges qui s’engage activement en faveur de la diversité des genres. "Œuvrer à la diversité est bon pour les femmes, mais aussi pour les affaires".

Depuis début 2016, Valerie Dhont est Senior Manager Innovation Quality and Supply Quality pour l’Europe de l’Ouest (WEBU) chez Coca-Cola Services. Elle dirige une équipe de douze Senior Quality Managers qui veille en permanence au respect des normes de qualité strictes en matière de goût, d’emballage, de facilité d’utilisation et de sécurité alimentaire. Valerie a la responsabilité non seulement du Benelux, mais aussi du Royaume-Uni, de l’Irlande, de la France, de la Norvège et de la Suède. Elle a commencé chez Coca-Cola Services il y a dix-sept ans en tant que responsable de l’analyse des échantillons faisant l’objet de plaintes. Ce fut le début d’un beau un parcours.

Que vous a appris votre parcours au sein de Coca-Cola Services sur les femmes et leur carrière ?

"Il va de soi que ça s’accompagne de défis, mais je suis encore et toujours très enthousiaste, car j’ai eu beaucoup d’opportunités. Notre entreprise a fortement évolué dans sa façon de rendre la pression du travail plus supportable pour les femmes. Cette pression est considérable, mais je suis parvenue à combiner mon travail avec ma vie de famille grâce à la flexibilité qu’offre Coca-Cola. La barre est haute, mais si les résultats sont au rendez-vous, peu importe comment et quand vous avez fait le travail. Ça a été pour moi une clé de la réussite."

" La flexibilité a été pour moi une clé de la réussite"


Était-ce la seule clé ?

"Non, il faut assurément aussi y ajouter l’‘empowerment’. Mon management m’a offert sa confiance et une autonomie totale. Ça a été très motivant pour moi. De plus, en tant que femme, vous recevez aussi de l’aide dans le domaine du développement et de la formation. Coca-Cola a bien évolué en la matière. Quand je vois comment nous accompagnons les femmes qui débutent, je trouve que nous faisons du beau boulot. Bien entendu, les hommes suivent aussi des formations. Pour les femmes, nous en avons des spécifiques, comme ‘Achieving your best self’. C’est aussi ça, la diversité des genres. Nous sommes évidemment différentes, sur le plan physique, mais aussi au niveau mental. Dans la vie de tous les jours, nous accomplissons des tâches différentes. Cela signifie aussi qu’un soutien ciblé est le bienvenu."

L’évolution se limite-t-elle aux formations ou s’inscrit-elle dans une perspective plus large ?

"Les femmes s’entraident, et les hommes nous aident aussi à trouver des solutions. Tantôt, c’est un soutien dans un processus de réflexion, tantôt, il s’agit de solutions pratiques. Imaginons que je parte à Londres pendant que mes enfants sont en examens. Je sais alors que je peux, malgré tout, garder le bon équilibre pour chacun en travaillant aussi, de temps en temps, un jour à la maison durant la période des examens. Il s’agit là d’aides pratiques qui permettent aux femmes de concilier travail et vie privée. Nous disposons, par exemple, aussi de Teddy Care, un service d’accueil pour les enfants malades. Quand mes trois enfants étaient petits, j’y ai parfois fait appel. Je pouvais alors me rendre à des réunions importantes l’esprit serein, sans avoir l’impression de devoir choisir entre mon travail et mes enfants. En tant qu’employeur, Coca-Cola vous offre un filet de sécurité et permet aux femmes d’éviter les pièges classiques."


Comment vous engagez-vous personnellement en faveur de la diversité ?

"Je fais partie du comité de direction de Women’s Lync. Avec ce réseau, nous organisons, via des événements locaux, une communauté dans laquelle les femmes peuvent se donner mutuellement des conseils. Même si nous sommes convaincues de la nécessité d’impliquer aussi les hommes dans ce débat. Pour être dans la diversité, il ne faut pas en faire un club de femmes. Sur le fond, nous abordons toutefois les problématiques qui touchent particulièrement les femmes. Le développement de la confiance en soi, par exemple. Nous avons organisé une session sur ce thème, de même que sur l’image de marque personnelle. Cela a aidé les femmes à oser s’affirmer, elles qui sont parfois moins spontanées."

Une initiative comme Women’s Lync poursuit-elle aussi des objectifs de diversité ?

"The Coca-Cola Company ambitionne d’atteindre une proportion égale d’hommes et de femmes d’ici 2020. Avec le comité de direction de Women’s Lync, nous suivons nos progrès, nous évaluons où nous en sommes, et nous réalisons aussi des études. Par exemple, sur la notion de ‘plafond de verre’ ou sur la manière de garder les femmes talentueuses au sein de l’entreprise. Mais ce rapport 50/50 est surtout une ambition. Il ne faut pas le voir comme un quota à atteindre au détriment de la qualité. Une telle ambition doit profiter à toute la communauté, et pas seulement aux femmes."

La diversité a-t-elle aussi un avantage sur le plan des affaires ?

"Dans la famille, la femme est souvent responsable de l’achat des boissons. Au mieux vous reflétez le consommateur dans votre entreprise, au mieux vous pouvez répondre aux besoins. C’est là notre business case. Je suis par ailleurs convaincue que la diversité des points de vue stimule la créativité et l’innovation."

Si vous aviez un conseil en or à donner aux jeunes femmes qui entament leur carrière chez Coca-Cola, quel serait-il ?

"Restez vous-même. Ne commencez pas à penser comme un homme, mais préservez justement la force de la diversité. Continuez à croire en vous-même, même quand cela devient difficile et que le doute s’installe. Vous serez ainsi un partenaire tout à fait digne qui pourra aussi se développer sur le plan personnel pendant que les affaires vont bon train."