La stévia est un édulcorant issu des feuilles de Stevia rebaudiana. On l’appelle également « plante à sucre ». Le pouvoir sucrant de cet édulcorant d’origine naturelle est des centaines de fois supérieur au sucre. Le Coca-Cola life, le Sprite, le Fanta Citron et le FÏNLEY contiennent de la stévia. Notre département R&D à Anderlecht joue un rôle important dans l’élaboration de ces produits.

La stévia, ou Stevia rebaudiana, est une plante. Ce petit arbuste est originaire du Paraguay. Ses feuilles ont un goût sucré. Après la récolte, elles sont séchées et transformées pour en tirer un édulcorant d’origine naturelle au pouvoir sucrant plusieurs centaines de fois supérieur au sucre et très peu calorique. Les Paraguayens l’utilisent depuis des siècles pour sucrer leurs boissons. Depuis que l'Union européenne a autorisé l'utilisation d’édulcorants à base de stévia en 2011, nous le mettons en œuvre dans le Coca-Cola life, le Fanta Citron, le FÏNLEY, le Nestea, le Sprite et le Sprite Mint Touch.

Recherche en Belgique

Quand l'Europe a donné son feu vert, l'équipe de R&D à Anderlecht s’est aussi penchée sur ce nouvel ingrédient. « Dès que nous avons su que l'autorisation était imminente, nous avons mis en œuvre ce produit pour réduire la teneur en calories de nos produits », explique Hilde Draye, R&D Category Lead pour les boissons gazeuses rafraîchissantes. La stévia fait précisément écho à notre volonté de remplacer le sucre par des édulcorants d'origine naturelle. Dans ce domaine, les possibilités ne sont pas légion et l’édulcorant à la stévia apporte la solution. »

« La stévia fait précisément écho à notre volonté de remplacer le sucre par des édulcorants d'origine naturelle. »

Défi gustatif

Les recherches menées à Anderlecht ont débouché sur la commercialisation de Sprite et de Nestea à la stévia. Dans ces deux boissons, les chercheurs ont été en mesure de remplacer 30 % du sucre par l'édulcorant à la stévia. Les Sprite et Nestea nouvelle recette ont d’emblée remplacé les versions précédentes élaborées uniquement à base de sucre. L'un des principaux défis, poursuit Hilde Draye, réside dans l’amertume propre à la stévia. « Nous avons planché sur la saveur, dit-elle. Les consommateurs se réfèrent toujours au goût du sucre. En outre, l'arrière-goût n’est pas le seul élément qui diffère. Le profil gustatif est lui aussi différent : l'édulcorant à la stévia a un temps de latence avant qu’on ne perçoive le goût sucré, mais la saveur dure plus longtemps. Il faut donc veiller à ajuster ce facteur, qui varie fortement d'un produit à l’autre. Nous avons examiné l’effet pour chaque boisson afin d’y intégrer au mieux l'édulcorant à la stévia.»

« Nous avons examiné l’effet pour chaque boisson afin d’y intégrer au mieux l'édulcorant à la stévia »

Innovation

Anderlecht a planché sur le lancement du Sprite et du Nestea à la stévia en Europe, en Afrique et en Eurasie. Les chercheurs d’Atlanta, pour leur part, se sont occupés de Coca-Cola life. « En réalité, une étroite collaboration s’est engagée. Les chercheurs d’ici et des États-Unis ont mutuellement enrichi leurs connaissances de la stévia. » Ce sera encore le cas à l'avenir. L'innovation reste l'un de nos fondements et les chercheurs ne cessent de perfectionner le goût des boissons à la stévia pour qu’il soit le plus près possible de celui des autres boissons. « En octobre 2016, l'Europe a autorisé l’utilisation d'un second type d'édulcorant à la stévia », précise Hilde Draye, ce qui ouvre de nouvelles perspectives. C’est important de pouvoir combiner plusieurs types d'édulcorants pour en arriver au goût que les consommateurs recherchent. »