L’University Talent Programme (UTP) est le programme de Coca-Cola European Partners pour les jeunes diplômés. Chaque année, nous préparons deux talents prometteurs à des fonctions de management. Stephan Ceuterick, participant UTP depuis 2014, témoigne de la valeur ajoutée du programme.

Durant trois ans, les participants de l’University Talent Programme se préparent à une carrière en Business Technology, Human Resources, Sales & Marketing ou Supply Chain. Ils exercent, durant cette période, diverses fonctions. C’est pour eux l’occasion de prendre des responsabilités et de se distinguer directement au sein de notre entreprise. Pour les personnes ambitieuses et motivées qui aiment travailler dans un environnement dynamique, le programme UTP est un tremplin idéal à une carrière.

Notre entreprise

Stephan Ceuterick est l’un des deux participants au programme UTP 2014. Il a décroché son master à la haute école Ehsal (Finance and Risk) à Bruxelles. Il a découvert  Coca-Cola à la Vlerick Business School. « Vlerick organise régulièrement des Career Fairs, explique-t-il. J’y ai rencontré un ancien camarade d'études qui travaillait pour l’entreprise. Il n'arrêtait pas de parler de ‘notre boîte’, alors qu’il s'agissait quand même d’une multinationale. Cela m'a marqué. »

« Je n'ai pas hésité une seconde lorsque j’ai appris que j'étais sélectionné. »

Mieux collaborer

Si Stephan s’est finalement porté candidat au programme UTP, c’est parce qu’il était membre du Sales Club de la Vlerick Business School. « Mirko Glisic de chez Coca-Cola European Partners est venu nous parler de la stratégie des canaux. Cela m'a beaucoup intrigué. Je me suis inscrit et, lors des journées de sélection,  je me suis rendu compte que c’était fait pour moi. Des business leaders comme Étienne Gossart étaient présents. On a beaucoup parlé de l’optimisation de la collaboration et du développement des idées à plusieurs. Cela m’intéressait beaucoup. Je n'ai pas hésité une seconde lorsque j’ai appris que j'étais sélectionné. »

Trois années, trois postes

Durant trois ans, les participants au programme UTP occupent trois fonctions, afin d'accumuler beaucoup d’expérience en peu de temps. En 2014, Stephan Ceuterick s’est consacré au canal de vente institutionnel (écoles, hôpitaux, etc.), en particulier aux distributeurs et à la recherche de nouveaux clients. « J'ai pu participer à un tout nouveau programme de prospection. La motivation à décrocher de nouveaux contrats était grande. Quelle n'a pas été ma satisfaction quand j’ai atteint l’objectif ! »

« J’apprécie beaucoup la confiance que l’on m'a accordée. Il faut faire ses preuves mais on peut vraiment aller très loin avec la responsabilité que l’on nous donne. »

Gagner la confiance

La deuxième année, Stephan est devenu junior brand manager, au département marketing. Une fois encore, il n’en a retiré que du positif. « C’est une fonction ‘junior’, mais on a les responsabilités d’un collaborateur expérimenté. J’apprécie beaucoup la confiance que l’on m'a accordée. Il faut faire ses preuves. On peut vraiment aller très loin avec la responsabilité que l’on nous donne. Celui qui endosse ses responsabilités peut toujours en faire plus. C’est ce qui fait la force de ce programme. Au bout d’un an et demi, j'ai ainsi pu faire une présentation à la réunion de lancement annuelle. C'était une expérience fantastique. »

Profil hybride

La valeur ajoutée du programme UTP ne consiste pas uniquement en un apprentissage sur le terrain. Les participants peuvent aussi se former en ligne et, une fois par an, ils vont à Londres pour suivre des cours sur un thème spécifique. Ils bénéficient également d’un accompagnement soutenu, assuré par un mentor affecté à chaque participant UTP. Celui-ci s’entretient régulièrement avec le participant. Il discute des progrès réalisés, prodigue des conseils lors des présentations et examine le plan de carrière. « L'étape suivante se déroule de la même façon, explique Stephan Ceuterick. Lors d’une présentation devant des top-managers, on montre ce que l’on a fait et l’on explique ses ambitions. Ensuite, ils prennent une décision. »

Postuler

Au bout des trois ans, les participants restent en service, mais ils doivent postuler pour un poste vacant. « Ce job ne tombe pas du ciel. On a une garantie d’emploi, mais il faut y mettre du sien pour avoir le poste et continuer de postuler si cela ne marche pas tout de suite. » Stephan vise une fonction commerciale au terme des trois années, mais il n’en fait pas une obsession. « J'ai le sens des affaires, mais j'ai aussi fort apprécié mon année au marketing. Après les trois ans, je veux avoir le profil le plus complet possible. Pour moi, c’est tout ce qui compte. »