En 1960, Andy Warhol peignait pour la toute première fois ses emblématiques bouteilles de Coca-Cola sur une toile de la taille d’un homme. Cette sérigraphie fait partie de ses premières illustrations inspirées du pop art. À l’époque, Andy Warhol n’était encore qu’un inconnu. Il travaillait comme dessinateur publicitaire chez Madison Avenue et créait des présentoirs de vitrines et des illustrations utilisées dans des magazines de mode comme Harper’s Bazaar.

Or, Warhol voulait percer dans l’univers des « vrais artistes ». Il rêvait d’exposer ses œuvres dans les galeries new-yorkaises. Lorsqu’il décida d’arrêter l’illustration pour s’adonner à la peinture à l’huile, il choisit les sujets les plus connus à l’époque : des produits qu’il consommait souvent, comme par exemple le Coca-Cola ou la soupe Campbell’s.

Dix ans après s’être inspiré de la bouteille de Coca-Cola, le pape du pop art témoigna toute son admiration pour Coca-Cola dans son livre emblématique intitulé Ma philosophie de A à B et vice-versa.

« Ce qui est formidable en Amérique, c’est que les plus riches consommateurs achètent en fait la même chose que les plus pauvres.Tous les Coca sont pareils et tous les Coca sont bons. Liz Taylor le sait, le président le sait et vous le savez. » (Warhol, Andy. Ma philosophie de A à B et vice-versa. New York : Harcourt Brace Jovanovich, 1975, p. 100).

Couvertures de TIME magazine

Warhol a également imaginé d’autres œuvres d’art originales pour différentes couvertures de TIME magazine, allant de son œuvre Today’s Teenagers réalisée en 1965, aux portraits de Michael Jackson en 1984 et de Lee lacocca en 1985. Fort de ce succès retentissant, il eut l’occasion, en 1985, de concevoir une couverture à l’occasion du lancement d’un nouveau Coca-Cola.

Il discuta de l’annonce très controversée du lancement du nouveau Coca-Cola avec Pat Hackett, son biographe :

« Mercredi 24 avril 1985. À la télévision, la grande nouvelle, c’est que Coca-Cola a changé sa formule. Pourquoi feraient-ils une chose pareille ? Ça n’a aucun sens. Ils pourraient sortir un nouveau produit. C’est fou. Tous les nouveaux programmes de télé l’adorent, ils diffusent sans arrêt des histoires de personnes qui font des tests de goût. » (Warhol, Andy et Pat Hackett. Journal, 1989, p. 1903).

Cinq jours plus tard, il remarqua que beaucoup de ses amis avaient vu sa publicité réalisée pour Coca-Cola Light avec le slogan Just for the Taste of It, et que son nom était mis en avant.

Le musée Andy Warhol de Pittsburgh dispose d’une invitation que Warhol reçut dans le cadre d’une dégustation du nouveau Coca-Cola Light au Limelight Club ultrabranché (20 août 1985). The Coca-Cola Bottling Company de New York lui envoya également une boîte de six Coca-Cola Light et une bouteille de Coca-Cola en verre.

L’effet renversant du Coca-Cola

TIME demanda à Warhol d’imaginer une photo de couverture avec le nouveau Coca-Cola. Warhol décida alors de se servir de la boisson proprement dite en la versant sur le papier. Il créa ainsi une sorte de tache en forme de larme qui ressemblait à du Coca-Cola renversé. Warhol s’y était préparé à plusieurs reprises en esquissant son idée à l’aide de graphite.

Dessin Andy Warhol

Après avoir obtenu l’effet escompté, il prit des Polaroïd d’une canette de Coca-Cola et de la boisson renversée. Il parvint ainsi à sa version finale. Il utilisa la palette de couleurs classique (rouge, blanc et bleu) pour la canette de Coca-Cola, et un effet d’ombre allant du brun à l’orange, en passant par le rouge, pour le liquide renversé.

L’effet renversant du Coca-Cola

TIME décida finalement de ne pas publier la couverture prévue pour juin 1985, parce que Coca-Cola avait annoncé le retour de l’ancienne formule le 10 juillet 1985. Plus tard, l’œuvre de Warhol fut publiée dans le TIME magazine, mais barrée d’une croix afin d’illustrer la mort prématurée du nouveau Coca-Cola.